Claude et Frisko : les inséparables !

Qui sont-ils ?

Claude 54 ans et Frisko 8 ans.

Frisko, c’est un concentré de joie de vivre, de bonne humeur et de tendresse. Claude en a fait sa deuxième moitié. Et ces deux-là, c’est le destin qui les a réunis. Tout a commencé par une annonce sur le site Leboncoin.fr, il y a 5 ans : « Vend croisé Border, 3 ans, 50€… ». La magie a fait le reste.

L’histoire que j’ai envie de vous raconter aujourd’hui est un peu différente des témoignages que je publie habituellement. Même s’ils voyagent ensemble dès qu’ils en ont l’occasion, Claude et Frisko sont de véritables inséparables. A tel point que Claude a mis en place le Pet Friendly Office Policy dans ses bureaux, chez Royal Canin. Si tu ne parles pas anglais, ça veut dire qu’il emmène Frisko au travail tous les jours, depuis 5 ans.

Comme sa démarche me laisse envieuse et rêveuse (je pourrais facilement accepter un travail avec un salaire moins élevé si je pouvais prendre Cosmos avec moi au bureau en échange), je leur ai posé plein de questions pour savoir comment se passe cette cohabitation. Voici leurs réponses.

Interview

Lorsque je lui demande pourquoi il emmène son chien partout, Claude me répond : « Et pourquoi pas ? ». J’adore l’état d’esprit !

Les seules exceptions sont quand je pars en déplacement professionnel en avion pour quelques jours où que le lieu où je me rends n’accepte vraiment pas les chiens (après avoir fait le forcing). Parfois, je prends la responsabilité de déroger à leurs règles si j’estime que ça va le faire comme sur le campus de l’École de business de Lausanne où j’avais reçu un « non » poli par principe pas assez justifié à mon goût (On n’a rien contre les chiens mais comme on reçoit des cadres de grandes entreprises, ce sont des clients et certains pourraient… enfin vous comprenez…), Alors on a pris la route avec Frisko après s’être assuré que l’hôtel acceptait les chiens. Sur le campus  de l’École, on a croisé des visages souriants à la vue de Frisko et il a eu droit à des tonnes de papouilles. Quand je l’attachais devant la cantine le temps du repas, je le retrouvais à chaque fois entouré d’une bande de fans qui le caressaient. Frisko, c’est ma meilleure business card. Alors il est de toutes les virées. En plus il est « responsive » comme on dit d’une application informatique. Il s’adapte dans toutes les situations.

Comment as-tu fait pour convaincre tes collègues ? Particulièrement ceux qui n’aiment pas les chiens ou qui sont allergiques aux poils ?

Déjà, Monsieur Frisko est THE ambassador des toutous au bureau (on voit bien que tu n’as jamais croisé son regard). Sinon il y a deux éléments importants : Un, le contexte de la boîte. Normalement tu ne viens pas bosser chez Royal Canin si tu ne t’intéresses pas aux chiens ou aux chats ! Deux, j’ai demandé autour de moi, j’ai sondé savoir si ça dérangeait quelqu’un. Frisko et son regard à fait le reste.

De plus ça tombe en phase avec une croissance, une politique RH « Retain & Attract talents ». Donc si je ne pouvais pas venir bosser avec Frisko, j’envisagerais la sortie (Retain) et il y a des petits jeunes qui trouvent que c’est cool de pouvoir venir bosser dans une boîte avec son chien (Attract). Notre Pet Friendly Ofice policy a ensuite cadré ça, notamment sur le respect des associés allergiques (d’où pas de chats, plus allergisants), l’organisation de l’espace de travail… Il y a un sticker à l’entrée du bâtiment qui prévient qu’on entre dans un Pet Friendly Office.

Comment se passe la vie de Frisko au bureau ?

Frisko est couché sous mon bureau à mes pieds. On a fait un long footing ce midi comme 1 à 2 fois par semaine. Il est ambassadeur du projet. On va s’employer à ce que plus de collègues puissent venir avec leurs chiens et faire le nécessaire pour leur faciliter la vie. On compte plus de 30 chiens qui viennent plus ou moins régulièrement sur le site. Et il y a déjà 3 personnes qui ont pris un chien sachant qu’ils peuvent l’amener au bureau, ayant vu Frisko venir avec moi tous les jours. C’est une mission sympa. On connait d’ailleurs un certain Cosmos qui est épié par sa maîtresse dans la journée à renfort de camera connectée 😉

Une consultante informatique qui intervient régulièrement dans l’entreprise est venue me voir un jour avec une requête originale. Elle m’explique qu’elle vient d’une région rurale de la Colombie et qu’elle a grandi au milieu des chiens. Depuis, elle habite à Paris pour le travail et la présence animale lui manque beaucoup. Elle m’a demandé si elle pouvait m’emprunter Frisko de temps en temps pour aller le promener dehors pendant ses pauses. Ça lui permettrait d’évacuer son stress et de se recharger. On a mis ça en place et Frisko confirme son impact de moral booster au bureau.

Comment as-tu fait pour l’habituer à l’emmener absolument partout avec toi ?

Depuis que frisko est entré dans ma vie, c’est une partie de moi et il m’accompagne presque partout. Ça a commencé au marché du village le lendemain de son arrivée puis au bureau le jour d’après. Avec son côté berger, il a la garde d’un troupeau d’une brebis et cette brebis c’est moi. Il sait se faire tout petit malgré ses 25 kg et il récolte la plupart du temps une caresse sur la tête.

Et le reste du temps, vous faites quoi ?

Nous avons enchaîné pas mal de randonnées ces derniers week-ends en mode marche et course. On est passé progressivement de 20 km à 30 km, puis 40 km et même plus de 50 km dernièrement, incluant à chaque fois plus de 2000 m de dénivelé. Frisko est un grand sportif. Les jours raccourcissent et on va devoir réduire en gardant 1 ou 2 footings de 15 km le midi en semaine. C’est l’avantage de bosser en pleine campagne. Pas de long voyage en vue à part une virée à La Rochelle d’ici la fin de l’année. De belles baignades en perspective. Après, on est dans l’improvisation. Il suffit de mettre un peu de croquettes dans le coffre et c’est parti.

Comme a dit Antoine de Maximy :

Le voyage c’est pas forcément d’aller loin, c’est d’aller ailleurs. »

Voilà, si tu as aimé leur histoire, retrouve-les sur leur page Instagram.

Quand j’ai terminé d’écrire l’article cette semaine, j’ai envoyé un petit Whatsapp à Claude, pour savoir s’il avait quelques chose à ajouter, ou s’il souhaitait le lire avait la publication. Et là, Claude m’a fait une confidence.

Il y a 3 semaines lors de son rappel de vaccins, Frisko a été diagnostiqué avec un lymphome de haut grade (type B). Son espérance de vie est aujourd’hui de quelques semaines, avec de la chance, peut être un mois ou deux. Ca a été une grande claque pour Claude. Passe le choc de la nouvelle, il a décidé de reprendre le pawsitivisme comme il dit. Il a décidé de trouver un jeune adulte croisé border pour stimuler Frisko le plus longtemps possible. Mardi soir, sur la page Facebook de « Jamais sans mon chien » à Béziers, son attention s’est portée sur Naya, une petite chienne de deux ans, récupérée dans un camps de gens du voyage. Jeudi, la rencontre qui devait être décisive avec Frisko a eu lieu… là encore, la magie a opéré. Après quelques minutes de balades, ils s’étaient mutuellement adoptés tous les trois. Vendredi, en arrivant au bureau avec Naya, Claude a annoncé la terrible nouvelle à ses collègues.

« Y’a de la magie chez cette gitane et Frisko l’a prise sous son aile pour la coacher. La fusion opère merveilleusement. Elle est une sorte de croisement entre un border et un lycaon. Frisko entame le dernier chapitre de son livre de vie (je n’engagerai pas de chimio) et Naya commence la plus belle partie du sien. On va courir, randonner, voyager ensemble, le plus longtemps possible tous les trois. Pas de pleur, on est positifs en composant du mieux possible avec les faits, durs, injustes, mais là. On profite de chaque instant. Frisko me regarde depuis trois semaines en me réconfortant : paradoxal. Il est en pleine forme et je sais que Naya va l’aider à prolonger ça. C’est une diablesse, une chienne d’exception elle aussi, sensible et d’une grande intelligence. » conclue Claude.

Laisse-nous un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :