Le double de la clé de voiture, toujours, tu emporteras

En 2014, avant d’avoir la joie de partager ma vie avec Cosmos, je suis partie en Australie Occidentale. J’ai parcourus plus de 7’500 km, de Perth à LuckyBay, en passant par Kalgourli, Wiluna ou encore Karijini NP. Mais le voyage aurait pu s’arrêter très vite.

J’avais choisis, comme toujours, de voyager en Van. Un soir, fatiguée, je me suis arrêtée sur une Rest Area pour y passer la nuit. Ce sont des « air de repos » en terre battue, sans aucune installation (ni sanitaire, ni commerciale), située au bord de la route, où il est possible de s’arrêter pour y passer la nuit. Vu les dimensions de ce pays-continent, il arrive parfois de rouler plusieurs centaines de kilomètres, sans croiser un seul village, ni même une maison isolée. Les Rest Area permettent donc de se reposer lors de long trajets.

J’étais donc sur cette Rest Area, sur laquelle quelques autres Vans avaient également choisis de passer la nuit. A la tombée de la nuit, je décide, avant d’aller me coucher, de faire une dernière sortie nocturne dans les buissons, histoire de ne pas être réveillée par ma vessie trop tôt le lendemain matin (je vais au pipi-room quoi).

Je sors, la lampe de poche à la main, et ferme la porte coulissante derrière moi. Je réalise au même moment que les clés sont à l’intérieur, et que j’avais déjà fermé le véhicule avec l’alarme pour la nuit.

Me voilà coincé dehors, en plein Outback, à 350 km du premier village,, sans réseau téléphonique, sur une route où je n’ai vu passer que 3 ou 4 camions de toute la journée. La perspective de dormir dehors avec les RedBack (araignée veuve noire à dos rouge) et les serpents aussi nombreux que mortels ne m’enchante pas.

Chacun ses priorités vous me direz, mais vu que la situation n’allait pas se régler d’elle-même, j’ai commencé par faire ce pour quoi je m’étais retrouvée là au départ. Le voyage m’a appris que de s’affoler ne servait strictement à rien, quel que soit le problème. La panique n’a rien jamais résolu.

De retour devant mon Van fermé à clé, je réfléchis. J’ai envisagé de casser une vitre pour rentrer dedans, mais cela m’auraient forcée à retourner dans une grande ville pour faire les réparations et m’aurait fait perdre une bonne semaine. J’aurais aussi pu crocheter la serrure avec une baleine de soutien-gorge comme dans les films, mais pour cela il aurait fallu que j’en porte un… et puis, je me suis souvenue que, derrière la moustiquaire, j’avais laissé la vitre ouverte.

J’ai donc tenté, tant bien que mal, de démonter la moustiquaire en question. Mes essais ne se sont pas montrés très concluants, mais après une bonne demi-heure d’efforts, un angle était légèrement dégagé. Je suis donc allée voir mes voisins de Van, pour leur demander s’ils avaient un objet à me prêter, suffisamment long pour que je « pêche » mes clés à l’intérieur.

C’est dans ces moments-là que je me dis toujours que l’Univers à un sacré sens de l’humour. Car c’est bien une famille de pêcheur qui campait sur le parking ce soir-là. Le père est venu avec sa canne à pêche et le plus gros hameçon dont il disposait. Son plus jeune fils, très amusé de la situation, le guidait, le visage collé à la fenêtre. En moins de deux minutes, il me tendait mes clés, avec un énorme sourire d’une oreille à l’autre.

Mon histoire en Australie s’est bien terminée et j’en rigole aujourd’hui, mais depuis, j’ai TOUJOURS le double de clé de mon véhicule avec moi. Dans mon sac à dos lorsque je vais en montagne, accouchée au manche de la Gopro suivant les activités, dans la chambre d’hôtel lorsque l’on y dort, si je pars avec une amie, je la lui confie, au camping je l’attache à mon short…

Il existe aussi des sortes de cadenas, à accrocher sous la voiture. Très utilisés par les surfeurs (qui ne prennent pas leurs clés dans l’eau), cet accessoires est ultra-pratique. Tu mets ta clé dans le petit boitier, tu le fermes en choisissant un code secret, et tu l’accroche au châssis de ta voiture ou de ton van.

Discret, sécurisé, efficace, c’est une bonne solution pour laisser ta clé (ou ton double) si tu ne peux pas la prendre avec toi ou que qqun doit venir récupérer ton véhicule à ta place.
L’important est de ne pas ranger les deux clés au même endroit. Parce que je peux m’enfermer dehors à nouveau, mais je peux aussi perdre la clé principale ou bien on pourrait me la voler.

Voilà ! C’était mon conseil super-utile « faites comme je dis pas comme je fais » !!!

Laisse-nous un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.