Laëtitia et Taïga

Temps de lecture : 6 minutes

En août 2020, Laetitia et Taïga sont venues nous rendre visite à Genève, lors de leur roadtrip en Suisse, en même temps que mes amis de Piedsetpatteslies.fr. Une belle rencontre, qui a donné lui a une petite interview pour le blog, comme j’aime le faire lorsque je rencontre des dogtrotters heureux. Tous les témoignages sont disponible ici.

Qui sont-elles ?

Moi c’est Laëtitia, j’ai 27 ans et Taïga a 5 ans.

Comment t’es venue l’envie d’avoir un chien et comment l’as-tu choisie ?

Pour mes 7 ans, mes grands-parents m’ont offert le coffret de la série « Belle et Sébastien« . Je suis immédiatement tombée amoureuse des paysages, de la vie de ce petit garçon dans les montagnes et de sa relation avec son chien. J’ai regardé la série en boucle, pendant des années, et j’ai toujours dit que je voulais un jour vivre comme Sébastien. 

Il y a 5 ans, je suis partie faire mes études à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales, Occitanie), dans la montagne. J’avais la montagne, il ne me manquait plus qu’un compagnon à 4 pattes. Et c’est là que Taïga est arrivée. 

J’ai longtemps hésité sur la race… je voulais un chien capable de me suivre partout. J’hésitais entre un Husky et un berger australien, mais j’ai eu peur du côté chasseur du Husky. Donc mon choix s’est finalement tourné vers le berger australien… même si, au final, Taïga est chasseuse.

 J’ai trouvé un élevage par chez moi, je suis allée plusieurs fois à l’élevage, et j’ai craqué pour Taïga qui était la plus petite de la portée, et la plus calme… ça a vite changé ! 

Comment voyages-tu avec Taïga ?

Depuis que Taïga est entrée dans ma vie, nous avons déjà pas mal voyagé. J’ai longtemps loué des appartements chez l’habitant, que ce soit en montagne ou au bord de l’océan.

Et puis, il y a une année environ, j’ai aménagé mon Peuggeot partner en van. Nous avons ainsi visité les Dolomites en Italie, la Corse, la Suisse, les Pyrénées françaises et les Alpes françaises.

Si j’ai pris la décision de voyager en van, c’est avant tout pour pouvoir voyager en itinérance plus facilement avec mon chien. Ça m’enlève la contrainte du logement et du transport avec son chien. 

Finalement, j’y ai très vite pris goût !! Voyager avec sa voiture c’est se sentir libre, être heureuse avec rien. Je cuisine par terre, je me lave dans des rivières gelées, j’ai le confort minimum, et je suis la plus heureuse car à ce moment là, ma maison c’est la nature. 

Et c’est tellement beau de partager ça avec son chien. J’ai besoin de rien de plus, l’amour de mon chien, la nature, un nid douillet. 

Comment vois-tu le rôle de ton chien dans ta vie et ton quotidien ?

Je la vois comme mon binôme. Si elle n’était pas là, je ne ferais clairement pas autant de chose. Car grâce à elle, je n’ai plus jamais l’impression d’être seule ! 

Beaucoup de personnes me disent que je suis démesurée avec ma chienne, qu’elle occupe trop de place dans ma vie.Ils ont peut être raison, mais je suis parfaitement heureuse de cette manière là. c’est le plus important. 

Si je n’avais pas mon chien à mes côtés, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui. Un jour, une de mes meilleures amis m’a dit « tu reprendras un chien quand taïga prendra son envol ?! Enfin je te pose cette question… mais elle est bête. Laëtitia sans chien, c’est pas Laëtitia. »

Quel matériel emportes-tu en montagne pour ta chienne ?

Je fais énormément de randonnée avec Taïga, pédestre en été et aussi du ski de randonnée. Elle a son harnais de traction, et un collier avec sa médaille. J’ai pratiquement toujours sur moi la pochette à friandise et une balle qui couine pour la motiver à revenir en cas « d’urgence ». J’ai aussi 4 chaussons dans le sac, principalement pour le ski de randonnée si il y a de la glace. Et puis, j’ai toujours avec moi une trousse de secours humain/chien.  

Quels sont vos trois meilleurs souvenirs en voyage ?

 C’est très difficile de ne lister que trois souvenir.

La première fois que j’ai fait du ski de rando avec Taïga. Partager ma passion avec mon chien et voir qu’elle prenait du plaisir à filer à toute allure en me tractant… ça crée un lien énorme ! 

Ensuite il y a mes première vacances seule avec elle. J’étais dans les Alpes et je me suis rendue compte du nombre d’activité que je pouvais faire avec elle, et surtout j’ai découvert que j’appréciais la solitude avec mon chien. Je me souviens de cette journée, où on est allée randonner le matin, faire du canoë l’après midi, puis visiter un village de montagne le soir ! 

En troisième position, je parlerai de ce réveil, il y a une semaine, face à un glacier en Suisse. C’était tout en douceur, avec une vue magnifique et mon chien à mes côtés. 

Quels sont vos pires souvenirs ?

Le jour où j’ai chuté en montagne. C’était sur un pic, il n’y avait personne. C’était l’un de ces passages où il faut poser les mains, j’étais seule avec Taïga et j’ai glissé. Je me suis faite une entorse et j’ai un bout de ménisque qui a sauté. Redescendre jusqu’à la voiture a été très compliqué, mais être privée de randonnée pendant deux mois après, encore plus. Heureusement Taïga a été parfaire pendant toute la descente. 

Une anecdote à partager ? 

L’été dernier je suis partie en roadtrip dans les Dolomites avec une copine. On était arrivés aux alentours de 18h00 et on est parties faire une balade. Sur le chemin, Taïga a trouvé une flaque de boue et s’est jettée dedans… elle se roulait, mettait sa tête dans la boue, creusait dedans… pendant que nous admirions le spectacle en rigolant… jusqu’à que mon amie me regarde en rigolant et me dise « elle dort où déjà Taïga? Dans le lit avec nous non ? Elle va être bien cette première nuit ! » Oups…

Le mot de la fin : par CaroAndCosmos

Je vais être directe et franche. Quand j’ai vu Laëtitia, j’ai tout de suite eu un coup de cœur pour cette fille. Elle a débarqué en plein centre de Genève avec ses grosses chaussures de montagne, son sac à dos et sa chienne au bout de sa longe. J’ai trouvé ça tellement génial !

Et puis, lorsque nous avons commencé à discuter, je me suis totalement retrouvée dans son discours, dans ses valeurs, dans sa vision de la vie. J’ai vraiment eu l’impression de me revoir quelques années en arrière, lorsque j’effectuais mes premiers voyages. Et pour l’anecdote, j’ai, moi aussi, été bercée par les cassettes de noir et blanc des aventures de Belle et Sébastien…

Nous avons passé une fin de journée et une soirée ensemble, nous avons refait le monde, rigolé, beaucoup échangé et j’ai trouvé que c’était vraiment une très belle personne. D’ailleurs, nous avons déjà prévu de nous revoir lors de notre prochain passage dans sa région.

Pour suivre leurs aventure, voici leur compte Instagram.

Ha oui… Au fait… Laëtitia, c’est une super amie d’Alicia, l’amie qui a dessiné la couverture de notre livre. Comme quoi, le monde est un village 😉

Laisse-nous un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.