Le bivouac et le camping sauvage avec son chien

Temps de lecture : 7 minutes

Pour ceux qui suivent régulièrement nos aventures, vous savez déjà que Cosmos et moi, on adore le camping, et si possible, le camping sauvage en pleine nature.

Passer une nuit sous tente en haut d’une montagne après une grosse journée de randonnée, ou au bord d’un petit lac en pleine forêt, être seuls au monde et se réveiller au sonde la nature, c’est pour moi la définition des vacances idéales et c’est ainsi que je me ressource.

Pour rappel, voici les articles qui peuvent t’intéresser, en rapport avec le sujet :
Partir en randonnée avec son chien
Conseils pour camper avec son chien
Dormir en cabane (refuge de montagne) avec son chien

Le bivouac, qu’est-ce que c’est ?

Le bivouac, c’est le fait de dormir de manière éphémère, en général une seule nuit au même endroit, en pleine nature. Dans certaines régions, on distingue le bivouac du camping sauvage, en précisant que le bivouac se pratique juste avec un sac de couchage à la belle étoile, alors que le camping sauvage nécessite une tente et de rester plusieurs jours au même endroit.

Moi, pour simplifier dans cet article, je vais simplement parler de bivouac. Même si dans les faits, Cosmos et moi dormons sous tente, nous ne restons jamais plus d’une nuit au même endroit (pour ne pas trop déranger la nature).

Règles du bivouac

Le bivouac, c’est dormir en forêt ou en montagne (plus rarement sur la plage), sous tente ou à la belle étoile. Mais c’est aussi et surtout (!) respecter la nature qui nous entoure.

La première règle et si tu ne devais en retenir qu’une seule, c’est assurément celle-ci, c’est que tu ne laisses aucune trace de ton passage derrière toi. Tu emportes avec toi TOUT ce que tu as amené. Même si ton sac en plastique est « biodégradable ». La nature n’est pas une poubelle.

Ensuite, tout aussi important, je te conseille très fortement de garder ton chien en longe. Même s’il obéit très bien. Parce qu’en pleine nature, à la tombée de la nuit, il sera forcément attiré par les odeurs des animaux tout autour de vous et que son instinct peut prendre le dessus à tout moment. S’il part sur une piste ou du gibier, déjà, ça stress inutilement la bête et en plus, il y a de grandes chances qu’il se perde ! Donc bivouaquer avec son chien oui, mais toujours en respectant l’environnement qui vous entoure.

Comme je l’ai dit, en bivouaque, on fait attention à ne pas déranger les animaux qui vivent dans la nature. On peut, suivant les endroits et le niveau de sécheresse, faire un feu de camp, mais pas toute la nuit, et en ne faisant pas plus de bruit que nécessaire. Ce qui veut dire, par d’enceinte reliée à Spotify qui passe de la musique électro en boucle toute la nuit.

Pour la vaisselle, utilise du savon biodégradable, pour ne pas polluer les cours d’eau, qui sont vitaux pour les animaux sauvages.

Attention également à ta nourriture. En pleine nature, les animaux doivent lutter pour survivre et se nourrir. Il est de ce fait normal qu’ils soient attirés par les odeurs de nourriture et les restes de ton repas. Pour éviter une attaque en pleine nuit désagréable pour toi et surtout, pour ne pas les habituer à venir se « servir » chez les campeurs, il existe une solution toute simple. Tu regroupes tout ce qui se mange dans un sac, et tu l’attaches sur une branche à plusieurs mètres du sol avec une corde.

A Yellowstone, par exemple, il existe carrément des « boîtes à ours ». Ce sont des grandes boîtes en métal, à l’épreuve des ours, pour y entreposer sa nourriture.

Et juste pour rassurer ma Maman, voici les conseils de Wikipédia pour éloigner les ours de son campement : 4 manière d’éloigner les ours.

Matériel pour bivouaquer

Pour bivouaquer, il te faudra, au moins, un sac à dos à grande capacité et un sac de couchage. Décathlon en vend du matériel de très bonne qualité, à des prix tout à fait correctes. Si tu te lances dans cette activité, je te conseille d’aller te faire conseiller par un vendeur, qui te guidera vers le modèle le plus adapter. Inutile d’avoir un sac de couchage « grand froid » qui résiste à des températures de -20 degrés si tu comptes l’utiliser uniquement de juin à septembre. Et pour le sac à dos, il t’en faudra un adapté à ta morphologie (homme / femme) et à ton gabarit.

Ensuite, à moins de vouloir dormir à la belle étoile (ce que je te déconseille avec un chien), il te faudra une tente de camping. Je viens d’en acheter une nouvelle. J’ai pris le modèle ARPENAZ – FRESH&BLACK de Quechua, à 60€. A ce prix, c’est vraiment une très bonne affaire. J’ai choisis la version 3 places, pour pouvoir ranger mon sac à l’intérieur durant la nuit, et avoir de la place pour moi, pour mon chien et … si un jour je me décide, pour un accompagnateur.

Ce modèle est à arceaux (deux tiges à assembler pour y clipper la toile) et non pas à « lancer » en 2 secondes, car il prend beaucoup moins de place (les modèles 2 secondes ne rentrer pas dans un sac à dos). Enfin, la version FRESH&BLACK est une technologique qui assure une bonne obscurité même en plein jour (ce qui permet de ne pas être réveillé aux premières lueurs de l’aube) et de garder une température acceptable, même lorsque le soleil tape déjà fort (sinon, je te garantis que c’est un vrai sauna avant 9h00 du matin).

Tu peux aussi emporter un petit tapis en mousse pour dormir plus confortablement. Niveau oreiller, un pull roulé en boule fera très bien l’affaire.

Pour ton chien, inutile d’emporter son panier habituel (tu n’auras pas la place dans ton sac à dos de toute façon). Cosmos étant petit, il se glisse dans mon sac de couchage avec moi. Si ton chien pèse plus volontiers dans les 30 kilos, tu peux lui prévoir une petite couverture ou une serviette en microfibre pour qu’il s’y emmitoufle. Tes vêtements de la journées peuvent aussi faire l’affaire.

Il te faudra encore penser à emporter un repas facile à préparer, de l’eau, et surtout de quoi manger pour ton chien. Pour ces aspects là, je te suggère de relire l’article dormir en cabane avec son chien et celui où je te donne des conseils pour partir en randonnée avec ton chien (j’y détaille le matériel nécessaire).

Choisir son emplacement

Ensuite, pour choisir l’emplacement de ton campement, fait attention à ne pas être trop près d’un cours d’eau. En cas d’orage, son niveau pourrait rapidement monter et représenter un réel danger (surtout pendant la nuit). Vérifie également qu’il n’y a pas de parois rocheuse de laquelle un morceau pourrait se détacher et te tomber dessus.

Expérience faite, si tu te trouves à proximité du seul point d’eau à plusieurs kilomètres à la ronde, éloigne toi un peu du rivage, car il s’agit probablement du lieu ou les animaux sauvages viennent pour s’hydrater et se baigner. Cela t’évitera la désagréable surprise de te faire réveiller par une famille de sanglier à 2h00 du matin (j’avais 18 ans, mais je n’ai jamais oublié cette nuit-là).

Cela me semble logique mais je le dis quand même : on ne bivouaque pas dans un pâturage au milieu d’un troupeau de vaches ou de moutons (ou de n’importe quel autre animal), ni dans une propriété privée.

Bivouaquer en Suisse avec son chien

En Suisse, il est possible de bivouaquer, pour autant que tu ne passes qu’une seule nuit au même endroit, au-dessus de la limite forestière et que tu te comportes avec égards. Par ailleurs, un bivouac d’urgence (lorsque tu n’as pas le choix pour des raisons de santé, de météo, etc.) reste toujours possible.

Il est en revanche interdit de passer la nuit :
– Dans Parc National Suisse
– Dans les districts francs fédéraux
– Dans de nombreuses réserves naturelles
– Dans les zones de tranquillité pour la faune (durant les périodes de protection)

En Suisse, selon le Code civil, « chacun a libre accès aux forêts et pâturages d‘autrui » (article 699, alinéa 1 CC). Mais certains cantons et certaines communes appliquent des restrictions. Le mieux pour éviter les problèmes est de se renseigner auprès de l’office du tourisme avant de partir.

Il existe une brochure PDF qui résume très bien les règles de que qui est permis en Suisse : https://www.cas-argentine.ch/pdf/bivouac.pdf

Bivouaquer en Europe avec son chien

Tu peux bivouaquer librement avec ton chien en Suède, en Finlande et en Norvège, puisqu’il existe le « droit à la nature » (détail dans les articles dévolu à ces pays).

En France, le bivouac est toléré plus ou moins selon les mêmes principes qu’en Suisse. Il est cependant interdit :
– Sur les rivages en bord de mer et d’océan
– Dans un rayon de 500 mètres autour d’un monument historique, classé ou inscrit au patrimoine
– Dans un rayon de 200 mètres autour des points d’eau captée pour la consommation.
Un article du blog Les Others résume très bien la situation du bivouac en France : lesothers.com/reglementation-bivouac-camping-sauvage-france

Par contre, il est formellement interdit de bivouaquer (avec ou sans chien) en Slovénie et en Croatie, sur l’ensemble du territoire. Dans ces pays-là, il est obligatoire de dormir dans des camping officiels.

Laisse-nous un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.